Rencontre « PNR et société civile » du 10 octobre 2017
16 octobre 2017
2018 : OUI au Parc naturel régional Brie et Deux Morin
15 janvier 2018

Des étudiants de la Sorbonne enquêtent sur le terrain

Plusieurs étudiants de Paris 1 Panthéon Sorbonne se sont rendus sur le territoire du futur parc naturel régional à la rencontre des habitants et des acteurs locaux, à l'initiative du syndicat mixte.



Lundi dernier, plusieurs étu­diants parisiens allaient à la rencontre d’autres étudiants, briards cette fois : ceux de BTS Développement et animations en territoires ruraux (option tourisme vert) et BTS Technico-commercial (option valorisation des produits locaux) du lycée La Bretonnière de Chailly-en-Brie. Cette réunion, elle est due au syndicat mixte du futur parc naturel régional Brie et deux Morin, comme l’explique Samuel Coquin, qui pilote le projet : « Le syndicat mixte a voté en délibération ce que seront les grandes orientations du projet de parc naturel régio­nal. Cela servira à la rédac­tion de la charte ». La charte est un des passages obligés de la création d’un parc naturel régio­nal : en effet, ce texte définira les grandes missions que se donnera le parc naturel régional, une fois créé.



Émerger la représen­tation identitaire partenaire


Pour cela, le syndicat a établi un partenariat avec l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et les étudiants du Master Bioterre (Biodiversité-Territoire-Environ-nement). « Nous avons eu l’idée de faire appel à eux pour lever tous les aspects imprécis que nous pouvons avoir du territoire, ajoute Samuel Coquin. Leur objectif est d’arriver à faire émerger la représentation identitaire du territoire ». Plus concrète­ment, toute cette semaine, ils étaient sur le territoire du futur parc (pour rappel, actuellement composée de 83 communes) et rencontraient des acteurs em­blématiques du secteur, mais aussi tout un chacun au cours d’une série d’enquêtes sur le fil. « Leur enquête permettra de préciser l’image qu’a le ter­ritoire de lui-même et celui qu’il projette d’avoir dans les années à venir, poursuit Samuel Coquin. Mais pas seu­lement : ils intervieweront des acteurs urbains, plus proches du secteur parisien. L’idée est de leur demander s’ils ont connaissance d’une cam­pagne remarquable comme la Brie existe en Ile-de-France, quels partenariats peuvent-ils envisager... C’est une en­quête multidirectionnelle ».



La Bretonnière partenaire


Ce sont 14 étudiants, dirigés dans leur travail par 4 ensei­gnants, qui étaient en charge de ce projet d’enquête. « Nous développons tous les ans une méthode de travail d’inser-tion territorial », précise de son côté Pierre Pech, professeur des universités Master Bioterre. Et de poursuivre : « Ce diagnostic a une vocation pédagogique pour nos étudiants, scienti­fique, dans la mesure où nous élaborons de la création de données), mais aussi méthodologique ».
Dans ce travail, les étudiants parisiens avaient le partenariat de leurs camarades briards : « Nos étudiants vont faire le relais de cette étude, com­plète Ingrid Colpaert, respon­sable, avec Gaëlle Coiffier et Nadia Messaoui, des BTS de La Bretonnière. C’est un par­tenariat précieux pour nous. Il rentre parfaitement dans la formation que nos étudiants reçoivent et cela valorise le travail des deux formations ».

David LEDUC

Article paru dans le Pays Briard du vendredi 24 novembre 2017

Première restitution des travaux effectués

Article paru dans le Pays Briard du 5 décembre 2017
Une mise en valuer du territorie rurale

1 Comment

  1. George dit :

    La création du Pnr va t il comprendre des pistes cyclables qui paraît quand même un atout pour le territoire .
    Surtout qu’ il existe une voie sncf sur le territoire de coulommiers qui ne sert à rien .
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *